OBJECTIF 2012

OBJECTIF 2012

Vers un affrontement Orient Occident certain ?

Article écrit par Redouane et paru sur le site : http://www.bismi.net / BISMI INFOS

Un site très riche et intéressant qui au "Nom de l'Information" centre sa réflexion sur des thèmes majeurs tels que : l'International, Les Etats Unis, le Proche Orient, la Politique française, les religions et bien d'autres sujets à découvrir, articles à lire et sur lesquels réfléchir.

VERS UN AFFRONTEMENT INEVITABLE ENTRE L'ORIENT ET L'OCCIDENT ?

En pleine tourmente internationale autour de la représentation caricaturale du prophète des musulmans (Mohammed), le secrétaire d'état à la défense américain jette de l'huile sur le feu lors d'une conférence à Munich estimant que le monde " est en guerre contre le terrorisme islamique ".



Le secrétaire d'état américain à la défense qui était convié en Allemagne à une conférence internationale sur la sécurité a déclaré que le terrorisme international existait avant la guerre d'Irak et survivrait à cette dernière et a affirmé que le conflit irakien n'est en rien à l'origine d'une montée des extrémismes au proche orient et dans le monde au contraire des avis de tous les experts internationaux .

Donald Rumsfeld a déclaré que " tout raisonnement voulant que l'Irak ait pu en être le facteur déclencheur du terrorisme international n'est pas compatible avec les faits. (...) L'Irak est le front central de la guerre actuelle. Les terroristes l'ont annoncé. Ils le mouvront ailleurs. ".

Rapellons que Donald Rumsfeld était l'un des principaux théoricien de la seconde guerre d'Irak. L'administration Bush a usé à l'époque de mensonges grossiers et répétitifs pour aller envahir l'Irak et prendre le pouvoir à Saddam Hussein, espérant réussir à court ou moyen terme à prendre la main sur les exportations pétrolières de la région. Mais les théoriciens de la Maison Blanche se sont avérés êtres de piètres stratèges, ne disposant d'aucune stratégie d'après guerre, gérant l'occupation de façon caricaturale, allant de bavure militaire en bavure, laissant le terrain à une guérilla islamique très active et cédant un terrain politique laïque fertile à des représentants religieux.

Depuis le 11 Septembre 2001 et la catastrophique gestion des attentats par l'administration Bush, le proche orient n'a jamais été autant la proie des intégrismes religieux de tous bords, de l'Iran à la Palestine en passant par l' Irak. L'Afghanistan n'étant qu'une vitrine de la " réussite " américaine en matière d' " injection " de la démocratie au proche orient, le gouvernement de pacotille d'Hamid Kazaï sera renversé par les forces Talebanes dès que les militaires occidentaux déserteront le terrain.

L'intransigeance américaine sur le dossier israélo palestinien a largement participé à amener le Hamas à la victoire en Palestine, les réformateurs iraniens à être balayés en Iran, le Liban ne faisant qu'attendre son tour, voisin d'une Syrie qui cédera aux forces islamistes dès que son dictateur tombera, ce qui ne saurait être qu'une question de temps au vu des velléités des dirigeants occidentaux et aux pressions de l'ONU exercées sur le pouvoir en place.

L'administration américaine se fâche aussi avec son " ami " égyptien Hosni Moubarak pour qui le " vent " de la démocratie souffle un peu trop fort à son goût dans son pays et, même si le maintient au pouvoir de celui ci dépend quasiment entièrement du financement américain, le président prend aujourd'hui ses distances avec la Maison Blanche.

Depuis le 11 Septembre 2001 et le constat que l'Arabie Saoudite n'était plus l'allié inconditionnel qu'elle " devait " être, les américains ont changé de tactique et ont décidé de mettre en péril l'ensemble des dictateurs de la région en initiant des injections de " démocratie " à l'américaine, espérant mettre à court terme la main sur les économies locales et sur les richesses pétrolières. L'invasion irakienne devait être le point de départ de la naissance d'une nouvelle influence américaine dans la région et qui allait permettre d'initier de " Grand Moyen Orient " économique et pétrolier dont rêvent les affairistes et le lobby pétrolier qui a fait élire G. W. Bush.

Seulement voilà, tout n'est pas aussi simple quand dans les westerns américains et, contrairement à ce qu'aurait souhaité le président américain, les choses se compliquent : l'invasion irakienne est gérée de manière catastrophique par l'administration américaine et donne le pouvoir à des religieux, sonnant le glas d'un régime laïque depuis des années. Les réformateurs iraniens, sans cesses attaqués de l'extérieur par Washington et de l'intérieur par les religieux et les conservateurs s'effondrent, cédant la place aux ultra conservateurs sectaires caricaturés par Mahmoud Ahmadinejad. La Palestine, lasse de voir l'Empire américain accorder un soutient sans faille et injuiste à un régime israélien tout répressif se fissure et laisse la place aux islamistes du Hamas qui prennent le pouvoir.

La Syrie quant à elle semble attendre son tour et ne résistera pas longtemps aux désir de la communauté internationale de voir Bachar Al Assad tomber, laissant alors probablement la place aux forces islamistes du pays qui se félicitent sournoisement de la politique américaine dans la région et qui attendent de prendre le pouvoir.

Le secrétaire d'état américain à la défense affirme quant à lui à cette réunion sécuritaire, devant une assemblée de dirigeants passifs, impuissants et dépassés, que le monde n'est pas pire aujourd'hui qu'hier, mais à l'écouter, il en serait presque plus sûr... Une véritable insulte à l'intelligence.

Donald Rumsfeld a enfin fait part de sa " peur " qu'une crise de grande ampleur survienne si les forces du monde libre ne se mobilisaient pas contre le " terrorisme international " et a indiqué ses craintes " qu'une poignée de terroristes obtiennent et utilisent l'armé chimique, biologique ou nucléaire ", faisant allusion aux désir de l'Iran et de son régime autoritaire de se doter de l'arme atomique.

Le secrétaire d'état américain a ensuite qualifié le président iranien Mahmoud Ahmadinejad de " Parrain du terrorisme mondial " et a appelé la communauté internationale à ne pas autoriser le régime iranien à se doter de l'arme atomique. Des propos qui ont immédiatement été dénoncés à Téhéran par le ministre iranien de la Défense Mostafa Mohammad-Najjar qui s'est offusqué des propos "scandaleux" et "ridicules" de son homologue américain auquel il a rappelé la "honte" des invasions d'Afghanistan et de l'Irak.

En représailles à la saisine du conseil de sécurité de l'ONU conformément à la volonté des cinq membres permanents de l'ONU, la république islamique d'Iran, qui est au centre des préoccupations de la communauté internationale, a annoncé la reprise des activités d'enrichissement d'uranium à grande échelle et une limitation de sa coopération volontaire avec les inspecteurs de l'AIEA en indiquant que la diplomatie sur ce dossier n'était plus d'actualité.

Le Monde n'a jamais été moins sûr que ces dernières années et tout donne le sentiment que beaucoup de choses peuvent aujourd'hui très rapidement basculer, dans un sens ou dans un autre, la dernière crise récente sur les caricatures du prophète Mohammed et de l'offense inutile faite aux musulmans donne le sentiment de l'envie d'une confrontation chez certains, une confrontation que tout le monde redoutait pourtant il y a peu...

Sommes nous en train de prendre le chemin d'un affrontement entre l'Occident et l'Orient, nouveau séisme du 21ème siècle dont l'Iran serait l'épicentre? Tous les critères de " réussite " d'un tel dessin sont réunis, les extrémistes sont en place aux bons endroits, une issue pacifique à cette haute période de troubles est-elle encore possible?



18/04/2006
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 30 autres membres