OBJECTIF 2012

OBJECTIF 2012

RELIGION ET POUVOIR, un Pape maladroit....

Janek Skarzynski (AFP/AFP - lundi 25 septembre 2006, 15h04)

Les temps que nous traversons sont instables. Nous voyons les intégrismes se développer, le rejet de l'autre, de ce qu'il est, de ces différences apparentes. La misère grandit, la faim reste la première cause de mortalité dans le monde... les catastrophes naturelles se multiplient... la pauvreté touche un nombre croissant de personnes... les systèmes politiques et sociaux se trouvent dans des équilibres fragiles, reposant sur des visions dépassées, de luttes de pouvoir qui minent l'ensemble... j'en passe et des meilleures...

C'est dans ce contexte peu mirobolant que viennent s'inscrire les propos d'un Pape, Benoît XVI, qui semble totalement déconnecté de la réalité ou plutôt entièrement submergé dans des réflexions théoriques et théologiques. Lui qui passe sont temps à penser devrait savoir que ce n'est pas l'heure de s'adresser au monde avec des paraboles ou métaphores... peu de gens le comprendrait... Il devrait savoir qu'à l'heure où l'orient et l'occident semblent vouloir s'affronter, les phrases citées datant du XIV siècle ne sont pas les bienvenues au XXIème... qu'un langage clair et sans ambiguïté devient nécessaire.

Si ce Pape déplore un monde sourd à Dieu, c'est qu'il n'a pas compris que Dieu s'adresse à chacun de nous dans le silence, quelle que soit sa condition, sa couleur de peau ou sa naissance. Et dans ce vacarme des uns et des autres, des dirigeants religieux qui prônent chacun pour "leurs paroisses", ceux qui entendent et reçoivent se taisent. Ils n'ont nul besoin de parler....

Il y a la division, les multiples religions qui chacune désire montrer le chemin, détenir la vérité, et son dirigeant semblant être élu... s"appuyant sur des écrits qui souvent se centrent simplement sur l'histoire d'un peuple et non de l'ensemble de l'Humanité. Puis il y a l'Unité, celle des humains, libres, qui portent Dieu en eux, n'ont nul besoin de le qualifier, de le définir, de l'imposer. Ils le vivent par leur acte quotidien, en respectant l'autre, en prenant soin de lui comme de soi. L'amour ne se commente pas, il se vit. Et surtout, il se suffit à lui-même. Par conséquent, les dogmes n'ont pas lieu d'être. Et s'ils existent, qu'ils restent des « outils » mais pas des « directives »… Ne leur donnons pas un sens démuseré, sachons les prendre pour ce qu'ils sont.

Quand je pense à cet homme, Jésus, qui a été assassiné pour délivrer ce message simple et réel pour un monde sûr et heureux "aimez-vous les uns les autres", que penserait-il en voyant ce que ce message est devenu... et combien d'hommes en son nom, nous aurons tués.... tout comme au nom de Mahomet….

Le problème ne vient pas des religions en elle mêmes qui ne sont au fond que des moyens pour tenter chacun avec sa façon de recevoir cet "amour", ce Dieu en soi, de le cultiver. Il vient des hommes qui justifient à travers cela tous leurs crimes, toute leur médiocrité et soif de pouvoir. Ils peuvent ainsi se déculpabiliser et se montrer supérieur parce que eux, ils savent….. Mais que savent ils au fond ? Que leur ignorance est.

S'il n'y avait pas de misère, de pauvreté, de faim, d'injustice, de faux semblants, de mensonges sournois régissant nos systèmes, il n'y aurait certainement pas de soucis avec les religions… et on ne se raccrocherait pas à elles aussi déséspéremment.

 

 



19/09/2006
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 30 autres membres