OBJECTIF 2012

OBJECTIF 2012

LES BIOCARBURANTS

Article de Christophe Magdelaine
 
 
LES BIOCARBURANTS
 
  • Le bioéthanol (en substitution de l'essence)
 
Il s'agit d'un alcool produit par la fermentation des sucres contenus dans les plantes riches en sucre (betteraves, topinambours, canne à sucre...) ou en amidon (pomme de terre, céréales) ou dans les plantes ligneuses (bois, paille...). Le rendement énergétique est tout juste positif pour le bioéthanol : 1.15 lorsqu'il est produit à partir du blé, 1.65 à partir de la betterave. Ce rendement peut s'améliorer nettement si les sous-produits (paille de blé, pulpes de betteraves) sont utilisés comme combustibles par exemple dans l'unité de fabrication de l'éthanol.
On peut aussi produire un éther dérivé de l'éthanol : l'ETBE (éthyl-tertio-butyl-éther) qui est issu de la betterave et du blé, et réservé aux moteurs à essence.
Au Brésil, depuis les années 70, une grande partie du parc automobile (plusieurs millions de véhicules) est alimentée avec de l'éthanol extrait de la canne à sucre.
  •  L'ester d'huile végétale

Il améliore l'indice d'octane du moteur c'est à dire son pouvoir détonant, de plus, il y a plus d'oxygène dans l'alcool et la combustion est meilleure bien que l'éthanol ait un pouvoir calorifique inférieur à celui de l'essence.
Le rendement énergétique de l'ester atteint 2 et s'améliore nettement, dépassant 5, si l'on utilise l'énergie contenue dans les sous-produits (apille, tourteaux de colza...

  • L'ester méthylique d'huile végétale (en substitution du gazole)
On peut brûler dans un moteur soit de l'huile végétale (colza, tournesol, soja, arachide...) soit des esters d'huile.
L'ester présente deux avantages sur les huiles brutes : moindre viscosité et meilleure aptitude à s'auto-enflammer dans le moteur. Le carburant qui se dévelope actuellement est l'ester méthylique d'huile de colza ou de tournesol c'est à dire le diester.
Le biodiesel, introduit en France à raison de 1% dans le diesel vendu aux pompes grand public, est un mélange de gazole et de diester. Ainsi, la France est le deuxième producteur européen de diester.

Selon un écobilan diffusé par l'ADEME, chaque tonne de diester utilisé à la place du gazole économise 2,2 tonnes d'équivalent CO2.
 
  • Surfaces cultivées en France
En 1999, les surfaces cultivées pour la production de biocarburants en France atteignaient :
  • 308 000 hectares pour le Colza,
  • 62 000 ha pour le Tournesol,
  • 18 000 ha pour le blé,
  • 12 000 ha pour la betterave

 

Actuellement, les biocarburants (éthanol, méthanol et biodisiel) ne sont incorporés qu'à hauteur de 1% dans l'essence et le gazole et le gouvernement français s'est engagé en septembre 2004 à atteindre un taux de 5,75% d'ici 2010, comme le souhaite l'Union Européenne.
Pour ce faire, il est prévu le doublement de la production de biocarburants et la création de 4 usines d'une capacité de 200 000 tonnes.

Les huiles végétales, de tournesol ou de colza bio, à première pression à froid sont reconnues depuis décembre 2002 comme des biocarburants par l'Union Européenne et bénéficient donc d'une totale exonération de la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP).
 
Le biogaz, une fois épuré de son CO2, de son eau et de son hydrogène sulfuré H2S est quasiment identique au méthane comprimé ou Gaz Naturel pour Véhicule (GNV). L'autonomie est réduite mais les polluants atmosphériques rejetés sont faibles avec un bruit limité, ce qui en fait un carburant idéal pour les transports urbains.


27/04/2006
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 30 autres membres